Soutenez les jeunes
pour la non-violence

 

Identification

Les employés, bénévoles, membres du CA, de comités et autres collaborateurs reconnus peuvent accéder aux autres fonctionnalités du site de Jeunesse Unie.

POUR CRÉER UN COMPTE Vous devez communiquer avec un membre de la direction et être accepté pour participer à l'amélioration de ce site web. Merci


La Zone des jeunes

de Parc-Extension :

Zone d’avenir,

Zone de motivation,

Zone de tolérance,

Zone de non-violence,

Zone de promotion,

de la Règle d'Or,

 Zone anti-drogue

et Zone de compassion

 

Ne rêve pas ta vie
mais vie tes rêves


À notre époque, les médias ont de plus en plus besoin de sensationnel pour réussir à capter l’attention du public.  Rien de mieux qu'un scandale ou un problème grave pour faire vendre des copies de journaux ou du temps d'antennes.  La preuve : pour qu'une bonne nouvelle passe à l'antenne, il faut l'appeler la " Bonne nouvelle TRALALA " et la faire commanditer par un concessionnaire automobile.  L'adolescence ne fait pas exception à ce phénomène qu'est la médiatisation.  Pour cette raison, l’adolescence est devenue un phénomène à exploiter.   C'est payant de parler des problèmes des adolescents.  C'est payant d'associer l'adolescence à : crise, suicide, tempête, rébellion, hausse d’hormone, sexualité, violence, gang et « Columbine ».  À l’ère où les médias se multiplient et se rivalisent, l’adolescence n’a rien de positif et c’est payant.

Sur cette raison, il n'est pas surprenant que lorsque l'on demande à quelqu’un de dire la première chose qui lui vient en pensant au mot : ADOLESCENCE, très souvent, il y a d’abord un long soupir et peu de temps après sont évoqués un ou plusieurs problèmes entourant cette période. Les médias nous ont amenés à penser négativement. Il est très rare que l’on entende quelque chose de positif comme : "Ah, quelle période merveilleuse de la vie !" Pourtant, dans les ouvrages récents sur la psychologie de l’adolescence, l’idée que l’adolescent passe nécessairement par une crise fait maintenant partie du passé.

D’autre part, l'adolescence est très souvent définie non pas par ce qu’elle est, mais par la place qu’elle occupe entre l’enfance et la vie adulte. On dit que c’est une période de transition, une période "en attendant " la vie adulte.  Vu sous cet angle, être adolescent, c’est, à la fois, ne plus être un enfant et ne pas encore être un adulte.

Pourtant, jamais on ne définit la vie adulte comme une transition entre la jeunesse et l’âge d’or.  Jamais on ne définit l’enfance comme une période de transition entre le nourrisson et l’adolescence.

Alors, avec toute l’intensité qui caractérise l’adolescence, pourquoi ne pourrions-nous pas en parler comme une période de la vie à part entière et surtout pourquoi ne pourrions-nous pas en parler d’une façon plus positive?

Ainsi, plus positivement, on pourrait définir l’adolescence comme une période fondamentale du développement humain qui permet l’intégration et la synthèse de tous les apprentissages vécus pendant l’enfance nous préparant à la vie adulte. C'est le moment où les bons morceaux trouvent leur bonne place.  C’est une période de maturation et de croissance rapide. C’est une période de recherche d’autonomie, d’introspection et d’exploration qui prépare l’adolescent à faire un bilan de "qui il est" et de "qui il n’est pas". Et malgré les tumultes de cette intense période, de très nombreuses études de grande envergure démontrent qu’en Occident, la vaste majorité des adolescents sont bien dans leur peau, regarde l’avenir avec optimisme et finit par se former sainement une identité équilibrée. On entend souvent dire : "Tout se joue avant six ans". Nous pourrions aussi ajouter : "Tout se décide à l’adolescence".